Conférences 2016


Le Club Audit Social a reçu cette année :

Alain BOUELLAT, Directeur du Développement de REHALTO et Christophe DESPERIES, Directeur Santé au Travail, Organisation et Conditions de Travail de REHALTO, Expert près la Cour d’Appel de Versailles qui est intervenu sur : « Les risques humains et sociaux vus sous le prisme de l’assurance des personnes »

Jacques BROUILLET, Avocat en droit social et droit communautaire. Il a été Directeur associé au Cabinet FIDAL jusqu’en octobre 2008 puis il a créé en 1989 l’IES (Institut Européen des Juristes en Droit Social), qu’il a présidé jusqu’en 2008. Il est actuellement Avocat au barreau de Paris, Conseiller scientifique du cabinet ACD et intervient régulièrement, notamment, à l’ESSEC . Il évoquera « L’audit des risques juridiques liés à la fonction RH »

L’entreprise, dans l’exercice de ses responsabilités sociales, se trouve confrontée à des risques juridiques dont beaucoup présentent un caractère nouveau : risques liés aux troubles psychosociaux, à l’accusation de faute inexcusable, aux différentes formes de discrimination ou au respect de la laïcité, d’où la nécessité d’une veille attentive en vue d’en mesurer la portée.

Employeurs et DRH soyez vigilants

Alain MEIGNANT qui est intervenu sur  Auditmrh : un modèle de référentiel non normatif sur le management des RH. Au-delà de l’analyse de conformité à des référentiels juridiques et normatifs, l’auditeur social est souvent mandaté pour auditer la situation propre à une organisation confrontée à des difficultés, à des conflits, ou/et à la nécessité de mettre ses politiques et ses procédures de management des ressources humaines à la hauteur de nouveaux défis stratégiques. Sur quoi peut-il s’appuyer au-delà des fondamentaux méthodologiques et déontologiques de l’audit ? Essentiellement sur les « bonnes pratiques » observées dans le champ du management des ressources humaines. Mais il n’existe pas de référentiel formalisé partagé par la communauté des auditeurs sociaux. Sur la base de son expérience personnelle et de ses connaissances du champ RH, chacun construira ses propres grilles d’analyse. Mais cela risque aussi de limiter son champ de vision, et de le conduire à des observations différentes de celles que ferait un autre auditeur ayant une expérience différente. Que répondre à un commanditaire qui s’en inquièterait ? La méthode auditmrh est un essai de formalisation des bonnes pratiques sur 48 critères, classés en 4 catégories couvrant l’ensemble du management des RH. Elle laisse à l’auditeur le choix des critères pertinents pour sa mission, et peut s’appliquer à des organisations de tailles et de domaines d’activité divers. Il ne s’agit pas d’un référentiel normatif, mais un guide pour déterminer les points-clés à auditer sur chaque critère, et une démarche d’observation inspirée de celle de la qualité (le PDCA). Cette séance du Club sera l’occasion de présenter et de verser au débat les fondements, le contenu et les usages de la méthode.Alain Meignant a alterné dans sa carrière des responsabilités dans des organismes de conseil et de formation, et de DRH dans l’industrie. Plusieurs de ses livres, sur la formation, ou sur la fonction RH, sont des références. Praticien de l’audit social, il contribue à la diffusion des concepts et des méthodes de l’audit par la formation d’auditeurs, et par des publications spécifiques. C’est la méthodologie décrite dans son « Manuel d’audit du management des ressources humaines », publié chez Liaisons et accessible sur www.auditmrh.com <http://www.auditmrh.com/> qu’il va nous présenter aujourd’hui. Il est vice-président d’honneur de l’IAS


468 ad